Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Serge BECOT ...................... Centriste indépendant, non inscrit

QUI VA PROFITER DE LA BAISSE DE LA TVA !

Le contenu c’est 4 volets :

PRIX - EMPLOIS - SALAIRES - MODERNISATION

Cette mesure doit représenter un baisse réelle de 11.80%
sur le prix TTC d’au moins 7 produits d’une liste de 10.

C’est aussi la création de 40.000 emplois supplémentaires
sur les 2 prochaines années.

L’ouverture de négociation sur les salaires.

Modernisation de l’outil de travail.

Pour l’Etat le coût représente : 2,650 milliards d’Euro
plus 350 millions d’Euro pour la restauration non traditionnelle
en station service autoroute, magasin grande distribution ...
soit 3 milliards d’Euro sont à soustraire, dès la mise en application
le 01 Juillet 2009, les allègements de charges dont bénéficiaient
la restauration dans l’attente de la baisse de TVA pour un montant
de 650 millions d’Euro. Coût net : 2,350 milliard d’Euro.

On essaye de nous faire croire qu’il y aura une vérification des
engagements, un véritable leurre quand on connaît l’éclatement
de la profession.
Comme pour les banques nous auront droit à la convocation
au Ministère de l’économie et ensuite à l’Elysée des représentants
de la profession.

La seule restauration sera « La restauration de la trésorerie »
des entreprises au frais du contribuable.

C’est une réforme d’intérêt politique électoraliste plutôt qu’économique.
Sans pouvoir d’achat il n’y aura pas de consommation supplémentaire
même avec un menu à 11,80% moins cher.

L’avenir nous le dira ...

Voir les commentaires

ou TAXE CARBONE.

Je préfère le mot CONTRIBUTION au mot TAXE = IMPOT.

En effet, le proche avenir nous le dira, car l'application et la redistribution
avec une absence d'équité et sans tenir compte du volet social du contribuable
nous conduira tout droit vers un NOUVEL IMPOT qui pour certain sera insoutenable.

Un exemple type parmis d'autres : pour éviter la disparité d'un salarié à un autre,
l'un habitant la ville et l'autre en milieu rural,  l'un bénéficiant des transports en
commun et l'autre dans l'obligation de prendre son véhicule pour aller travailler ...
Une gestion au cas par cas ! trop complexe, impossible, pour éviter la pénalisation
des contribuables.

Pour la Corrèze la réduction des CO2 c'est aussi en URGENCE un véritable réseau de
transports en commun renové, optimisé, adapté, cadencé avec une tarification incitative.
Les désertes rail-route de transports collectifs coordonnées.
Développer le co-voiturage avec des mesures d'accompagnement.

Pour le Pays, le tout nucléaire n'est pas un bon choix en effet (il y a les déchets autre pollution),
l'étroitesse des ressources d'uranium, de plus ce procédé couvre aujourd'hui uniquement
les besoins de base, dès qu'il y a pic de surconsommation nous faisons appelle à
l'énergie fossile très polluante pour palier le déficit et souvent la demande est faite
auprès d'autres pays voisins de la Communauté Européenne qui polluent à leur tour.

La préservation et la reconquête d’un environnement sain, est d’une importance vitale pour notre société. Cette exigence associée à  la conjoncture économique actuelle particulièrement sensible demande des solutions innovantes, peut être révolutionnaires, et ne doit pas être réduite à une simple taxe




Voir les commentaires

LA SANTE N'A PAS DE PRIX ! MAIS ATTENTION ELLE A UN COÛT !

Défenseur et très attaché à la notion fondamentale de SERVICE PUBLIC qui sert l’intérêt général et qui assure notamment la cohésion sociale d’un pays en permettant à tout un chacun de bénéficier de la même qualité de service quelque soit son origine sociale ou sa situation géographique et tente, autant que faire se peut, de minimiser le nombre de laissé-pour-compte.

En effet, exclure l’accès à certaines populations, à cause du coût trop élevé ou de l’éloignement géographique à certains droits fondamentaux ne peut que favoriser et attiser las animosités et rancoeurs entre individus.

Cette vision humaniste est à opposer à la tendance actuelle d’individualisation et de stigmatisation, du chacun pour soit.

Le service public corrige les défaillance d’un marché qui cherche à maximiser sa rentabilité en se concentrant sur les segments très rémunérateurs plutôt que d’assurer un service accessible à tous.


VERS UNE SANTE A DEUX VITESSES


LA LOI H.P.S.T. « Hôpital - Patients - Santé - Territoires » de Madame R BACHELOT

C’EST LA MISE EN PLACE D’UNE LOGIQUE GESTIONNAIRE

A LA PLACE D’UNE LOGIQUE DE SERVICE PUBLIC ET DE VOCATION


La mission service public de l’hôpital c’est d’accueillir et de soigner tout le monde, sans aucunes discriminations, d’offrir les meilleurs soins aux plus modestes, aux personnes agées et personnes handicapées même en l’absence de rentabilité.


Cette loi repose sur une logique purement économique et non pas sanitaire. Selon le principe,

« l’hopital est une entreprise », on donne tout les pouvoirs à l’administration par le biais d’une gouvernance verticale, sans éthique médicale, marquée par la rentabilité dans les futures évaluations.

Comment ne pas faire de rapprochement avec les systèmes de santé américain,allemand qui sont basé sur la dictature du fric.


Pour BRIVE LA GAILARDE on met en concurrence des systèmes de santé publique et privée alors que les deux secteurs n’ont pas les mêmes missions. Des transferts d’activités de soins et pathologies du public au privé dans un but lucratif.


Je partage cette sensation de mépris de rejet que ressentent ce peuple et communauté de l’hôpital mais aussi tous les acteurs de la santé de nos centre-villes et villages, départements et régions, sentiments de désarroi, de révolte et d’incompréhension.


La santé est un droit fondamental ... Son coût est avant tout public et nous ne devons pas faire n’importe quoi et n’importe comment ... Ça sera mon action !!!

Voir les commentaires

Serge BECOT ...................... Centriste indépendant, non inscrit

.......................................... Blog d'un Corrèzien Démocrate et Républicain. ..........................................

PRÉSENTATION

64 Ans - Père de Famille - Une fille

Domicile : SAINT ROBERT - Canton d' AYEN

Origines : SOUDEILLES (La Braute) près d' Egletons

Familles : VIALLE - BECOT

Etudes et formation à Paris

Activité professionnelle en Provence Cote d'Azur

Retour au Pays et rapprochement familial 
Retraité du secteur automobile, arts graphiques et informatique de gestion.

Trésorier dans le mouvement associatif.

ANCIEN CONSEILLER MUNICIPAL DELEGUE
URBANISME - TRANSPORTS PUBLICS - CIRCULATION
VILLE DE GRASSE (Alpes maritimes) 40.000 habitants 
Mandat électif : 1977/1983 avec délégation de représentation
au sein d'un Syndicat intercommunal des transports en commun.

 

COMPTEUR VISITEURS

Hébergé par Overblog