Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Serge BECOT ...................... Centriste indépendant, non inscrit

RTE

RTE2

RTE3

RTE4

Après l’eau, la nourriture, le dossier sur l’énergie couplé à l’environnement est une priorité pour les Etats sur notre planète envers leurs populations.

Comment peut-on traiter l’issue de ce dossier énergétique pour le transformer en monnaie de marchandage pour un accord d’une cuisine électorale entre le Parti Socialiste et Europe Ecologie les Verts ! Un peu de sérieux, Monsieur le candidat et Madame la candidate la gravité de ce dossier ne peut être traitée en quelques heures et de surcroit lors d’une campagne électorale. C’est un travail de fond, important avec tous les éléments mis à disposition ou l’idéologie n’a pas sa place, uniquement les intérêts, la sécurité et l’avenir du Peuple Français doit être retenus. N’oublions pas non plus les conséquences sur le réchauffement climatique de la planète avec l’utilisation de moyen de production d’électricité de substitution qui peut être très polluant. Pour moi, la décision finale et ses conséquences de l’avenir énergétique en France appartiennent au Peuple de France tout entier. L’électricité est un produit de première nécessité avec son volet économique et social.

REALISME : Jusqu’à ce jour, nous traversons une période climatique avec des températures clémentes. Dans un scénario, qui n’est pas impossible, devant une vague de froid intense qui toucherait l'Europe, nous sommes dans l’incertitude, aujourd’hui, avec les moyens de production d’électricité actuels dont nous disposons, d’affirmer de répondre à 100% à la demande sur notre territoire, sachant que l’alimentation du réseau est régulée en échange d’électricité entre les pays interconnectés d’Europe. Pour cela, notamment, le réseau de transport d’électricité français est relié à ses pays voisins par des lignes d’interconnexion. En particulier, la France échange de l’électricité avec tous ses pays voisins (Angleterre, Belgique, Allemagne, Suisse, Italie, Espagne). Elle est donc directement interconnectée à ses 6 frontières. Observons les échanges d’électricité de la France avec l’étranger d’après le bilan électrique 2010.

Au global pour 2010 : les exportations sont plus importantes que les importations de 29.5 TWh* (solde exportateur). On constate une augmentation du solde exportateur de 19% par rapport à 2009. 

En particulier, au cours de cette même année 2010, la France a été importatrice pendant 72 journées, contre 57 pour l'année 2009. Regardons ces échanges de plus près encore, à l’échelle d’une journée (par exemple celle du 25 novembre 2010). On constate que les échanges d’électricité peuvent avoir lieu,  au fil des heures, dans un sens et dans l’autre. Ainsi la France peut-elle être importatrice et exportatrice le même jour ! Contrairement à ce que les chiffres annuels, très globaux, peuvent laisser croire, les échanges d’électricité, à l’import et à l’export, ont lieu à tout instant, à chaque frontière… sans que les citoyens le sachent ! 

Quand on connait la nouvelle position politique sur le nucléaire de nos pays voisins avec vraisemblablement la réactivation de centrales à fonctionnement fossile (pollution supplémentaire) pour satisfaire, voir peut être essayer seulement  de satisfaire leurs propres besoins. De gros problèmes se dessinent à l’horizon. 

Nous ne devons pas perdre de vue également que la gestion  du réseau : Interactions permanentes est basé en Angleterre, Cédric Le Tallec est le responsable du « trading » électricité à très court terme (infrajournalier) pour la Deutsche Bank. Il gère précisément les achats et ventes d’énergie du jour pour le lendemain sur le marché européen. Tous les jours, il est en relation avec les acteurs du marché et les 41 gestionnaires de réseau en Europe. 

Seulement pour dire qu’un bouleversement de la production et le déséquilibre de l’offre et la demande seraient facteur d’une forte hausse et flambée des prix de l’électricité avec un coût social sans précédent pour les populations et touchant surtout les plus défavorisés. 

Reste à savoir les possibilités de compensation de la production d’électricité voir le remplacement du nucléaire sur le terrain, la faisabilité technique, sa durée de réalisation et sa capacité de production en TWh. Enfin le coût financier réel des investissements et fonctionnement ainsi que le coût global du démantèlement du nucléaire. 

GOUVERNER C'EST PREVOIR voilà un slogan réaliste, évoqué par François BAYROU, qui pour ce sujet en particulier est incontournable pour ne pas faire du n'importe quoi sur le dos des Français.

Voir les commentaires

En 2007 notre tout nouveau Premier Ministre François Fillon déclarait « Je suis à la tête d’un Etat qui est en situation de faillite ! » Aujourd’hui, un peu plus de quatre ans sont passés et ce même Premier Ministre déclare « Le mot de faillite n’est plus un mot abstrait ! ». Mesdames, Messieurs les Gouvernants qu’avez-vous faits pendant tout ce temps ?

Cette situation qui dure depuis 2002, période durant laquelle notre Président SARKOZY était partie prenante dans le gouvernement de l’époque, engageant une certaine responsabilité de ce dernier sur « la situation de faillite » reconnu par François Fillon, un aveu, presque une accusation d’incompétence !

Vous pouvez vous réjouir d’avoir réalisé 75 milliards d’€uro d’allègements fiscaux qui ont profités et profitent toujours aux plus favorisés. Plusieurs centaines de milliards d’€uro de dette supplémentaire en pure perte pour les générations à venir, mais qui devront rembourser !

Vous recherchez de la crédibilité, le 28 Octobre 2011 les Artisans du batiment reçoivent l'assurance que la TVA 5,5% ne sera pas augmentée, quelques jours après son taux est majoré ! ! !

Vous courrez après le maintient du triple AAA et bien moi c’est un triple 000 moins que je vous accorde.

Vous offrez la rigueur et la cure d’austérité au Français à la recherche de 8 milliards d’€uro ! Dans le même temps l’Allemagne peut offrir une réduction d’impôts de 6 milliards d’€uro aux Allemands !

La France à besoin de recettes fiscales, elles existent et sont disponibles par dizaines voir centaines de milliards d’€uro dans les paradis fiscaux !

Mais la lutte contre l'évasion fiscale ne fait pas partie des priorités de la Présidence Française.

Notre Président de la République dans son discours de clôture du G20 fait une courte allocution sur le sujet : « Nous ne voulons plus de paradis fiscaux. Le message est très clair »  et il promet « la publication à chacun de nos sommets de la liste des pays qui ne feront pas ce qu'il faut pour sortir d'un comportement inadmissible » et un peu vantard de rajouter « je voudrai vous demander de vous souvenir qu'à Londres, il y a trois ans, j'avais dû menacer de quitter la salle si une liste des juridictions non coopératives n’était pas établie, car à l'époque on ne prononçait même pas le mot paradis fiscal ... » une preuve, bien avant lui, au sommet des chefs d'Etats et du G8 à Okinawa, le 21 juillet 2000. Dans le discours des chefs d’Etat : Paradis fiscaux et autres pratiques fiscales dommageables : « Nous accueillons favorablement le rapport de l’OCDE sur les progrès réalisés dans l’identification et l’élimination des pratiques fiscales dommageables, qui comprend deux listes : d’une part, certaines juridictions qui remplissent les critères des paradis fiscaux, d’autre part, des régimes potentiellement dommageables parmi les pays membres de l’OCDE. Par ailleurs, nous nous félicitons des engagements publics déjà pris par certaines juridictions pour éliminer les pratiques fiscales dommageables et nous appelons toutes les juridictions à en faire autant. Nous encourageons l’OCDE à poursuivre ses efforts de lutte contre les pratiques fiscales dommageables et à approfondir son dialogue avec les pays non membres. De plus, nous réaffirmons notre soutien au rapport de l’OCDE sur l’amélioration de l’accès aux informations bancaires à des fins fiscales et nous appelons tous les pays à travailler pour parvenir rapidement à une situation où ils peuvent autoriser l’accès aux informations bancaires et l’échange de ces informations à toutes fins fiscales ».

Onze ans plus tard, rien ou si peu n'a changé. Un communiqué final du G20 mentionnant un généreux appel: « Nous appelons toutes les juridictions à prendre les mesures nécessaires pour remédier aux défaillances constatées. Ceci concerne notamment les onze juridictions dont le cadre a été jugé insuffisant par le Forum mondial ».

Le déficit de la Sécurité Sociale absorbé avec seulement une partie de la fraude fiscale en France par le biais des paradis fiscaux !

Un rêve … Non une réalité possible …

Mais alors qu’attendent ils ? Le changement !

Je vous rassure, il arrive et pour moi ça sera avec François BAYROU.


Voir les commentaires

Serge BECOT ...................... Centriste indépendant, non inscrit

.......................................... Blog d'un Corrèzien Démocrate et Républicain. ..........................................

PRÉSENTATION

64 Ans - Père de Famille - Une fille

Domicile : SAINT ROBERT - Canton d' AYEN

Origines : SOUDEILLES (La Braute) près d' Egletons

Familles : VIALLE - BECOT

Etudes et formation à Paris

Activité professionnelle en Provence Cote d'Azur

Retour au Pays et rapprochement familial 
Retraité du secteur automobile, arts graphiques et informatique de gestion.

Trésorier dans le mouvement associatif.

ANCIEN CONSEILLER MUNICIPAL DELEGUE
URBANISME - TRANSPORTS PUBLICS - CIRCULATION
VILLE DE GRASSE (Alpes maritimes) 40.000 habitants 
Mandat électif : 1977/1983 avec délégation de représentation
au sein d'un Syndicat intercommunal des transports en commun.

 

COMPTEUR VISITEURS

Hébergé par Overblog