Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Serge BECOT ...................... Centriste indépendant, non inscrit

Ce week-end du 25 et 26 Février 2012, la Démocratie a gagné dans sa grandeur à l'issue de ce 4e forum « Un nouveau contrat démocratique », la synthèse, le discours de clôture, les résolutions et les propositions de François BAYROU candidat à l’élection présidentielle sont un grand espoir de véritable changement, de reconstruction sur de bases nouvelles pour notre Pays.

C’est plus qu’une simple « idée », information donnée par un quotidien local, au lendemain de cette annonce au travers une courte phrase. C’est vrai que de donner l’information complète dans l’équité c’est impossible pour certain.

Mais le monde médiatique se trompe. Comme ils l'ont fait en 2007, comme ils l'ont fait en 2002 et en 1995 ou les Français en avaient décidé autrement. A l'attention des journalistes qui l'interrogeait, François Bayrou leur a déclaré « Cela démontre que les Français ne veulent pas aller là où vous voulez les emmener ». Les Français vont sortir de ce duo car ils n'ont envie d'aucun des deux choix qu'on tente de leur imposer", a-t-il ajouté. François Bayrou s'est dit convaincu que "la bipolarisation est en train de reculer chez les Français". "Il y a une enquête sortie samedi, qui dit que 60% des Français trouvent qu'on parle de trop de François Hollande et de Nicolas Sarkozy. Personnellement je peux en témoigner au travers la population que je rencontre au fil du temps.

 

Un Etat respecté … c’est un Etat respectueux de son peuple et doit de donner l’exemple.

François BAYROU « Cette moralisation de la vie publique qui traîne depuis trente ans, dont tout le monde parle depuis trente ans sans que jamais rien ne change, cette moralisation de la vie publique, je considère qu'il est vital, vital pour la France, de la conduire maintenant à son terme. Je considère qu'il s'agit d'un objectif de tout premier plan du mandat que les Français me confieront que de rendre honnête et insoupçonnable ce qui n'aurait jamais dû cesser d'être honnête et jamais prêter le flan aux soupçons ».


François BAYROU « Je ferai une vie politique honnête et insoupçonnable parce que je serai un président libre, lié à aucun réseau, ne trimbalant aucune affaire lointaine et que j'aurai pour le faire le soutien des Français. Ayant réfléchi depuis des années à ce sujet, ayant rompu des lances, ayant combattu toutes les affaires dont j'ai eu connaissance, n'ayant jamais cédé à aucune intimidation, j'ai pris mes résolutions ».

 
François BAYROU « J'en suis arrivé à une certitude : le monde politique tel qu'il est dominé par les deux partis du monopole du pouvoir est incapable de se réformer lui-même. Or la réforme est vitale pour retrouver l'estime du peuple envers ses élus et ses dirigeants et pour que cessent les manipulations et les manoeuvres. Elle est nécessaire en particulier et surtout pour redresser la France et la sortir de la crise, car la condition du redressement, c'est la confiance retrouvée. Pour rétablir les principes de la République, les simples principes de l'éducation civique, il faut donc en passer par la seule autorité qui vaille, qui est l'autorité directe des Français ».

 
Douze propositions qui se traduiront dès le 10 juin par un référendum consacré à la moralisation de la vie publique. Pour moi c'est OUI.

François BAYROU « Elu Président de la République le 6 mai, j'organiserai donc le 10 juin, jour du premier tour de l'élection législative et en même temps que celle-ci, un référendum de moralisation de la vie publique en France. Je soumettrai aux Français directement avec le gouvernement que j'aurai nommé une loi-cadre, conformément à l'article 11 de la Constitution de la République. Ainsi, en quatre semaines et un dimanche, nous règlerons et trancherons ces questions qui demeurent insolubles depuis des lustres et des décennies faute de volonté ».

 

1 - Fixation des règles de composition d'un gouvernement resserré de moins de 20 ministres.

 

2 - Cumul des mandats "interdit" pour les députés dès les législatives de juin, "limité" pour les sénateurs.

 

3 - Délégation de vote supprimée et donc présence obligatoire des députés pour voter les lois; tous les votes seront publics.

 

4 - Fixation des principes d'une nouvelle loi électorale et d'une nouvelle composition de l'Assemblée nationale: nombre des députés diminué d'un tiers, "de l'ordre de 400" au lieu de 577 aujourd'hui. Elus pour trois-quarts au scrutin majoritaire actuel et pour le quart restant à la proportionnelle. Réduction du nombre de sièges applicable au Sénat.

 

5 - Reconnaissance du vote blanc à toutes les élections.

 

6 - Obligation effective de parité hommes-femmes.

 

7 - Suppression de "la myriade de micro-partis individuels ou de complaisance".

 

8 - Définition du conflit d'intérêts pour les responsables politiques, pour les hauts fonctionnaires (obligation de déclaration publique des intérêts privés avant l'entrée dans la fonction et lors de toute modification, fixation des incompatibilités), création d'une Autorité de déontologie de la vie publique pouvant être saisie par les citoyens.

 

9 - Interdiction du retour dans la vie publique des élus condamnés pour corruption.

 

10 - Indépendance de la justice. Le ministre de la Justice aura un statut particulier. Sa nomination, proposée par le duo exécutif, devra être soumise à l'approbation d'une majorité qualifiée du Parlement, devant qui il sera individuellement responsable et par qui il pourra être censuré. C'est lui qui conduira au nom du gouvernement la politique pénale de la nation.

 

11 - Indépendance des médias. Abrogation de la procédure "scandaleuse" qui fait de la nomination des présidents de l'audiovisuel public l'apanage personnel du chef de l'Etat.

 

12 - Procédure nouvelle pour éviter les nominations de complaisance et les soumettre à une approbation du Parlement et non pas à la "pseudo-approbation" actuelle.

 

François BAYROU en 2002 et surtout en 2007 avait dénoncé la dérive vers laquelle le Pays s’engageait et risquait … La situation ou nous sommes aujourd’hui …

Cette année, la Cour des comptes, au travers son rapport, donne raison à François BAYROU sur son projet réaliste et projection pour l’avenir …

 

Pour voter informé … http://www.bayrou.fr

Voir les commentaires

Christian Estrosi s’en est pris à François Bayrou, le traitant « de gugusse » qui promeut le produire en France alors qu’il « ne sait même pas de quoi il parle », tout en jugeant « normal » qu’une entreprise en quête de nouveaux marchés « construise des usines dans des pays émergents », l’ancien Ministre de l’Industrie et Député-Maire UMP de Nice Christian Estrosi, a accusé Renault (Qui vient d’inaugurer une Méga usine à Tanger au Maroc) de « jouer contre la politique du gouvernement et contre l’industrie Française ».

Christian Estrosi nommé, le 23 Juin 2009, Ministre auprès de la Ministre de l’Economie de l’Industrie et de l’Emploi chargé de l’Industrie et débarqué du Gouvernement le 14 Novembre 2010, ne pouvait ignorer le projet « Pharaonique » de Renault-Tanger-Med au Maroc (Voir articles ci-dessous). Quand on pense que le Gouvernement est venu au secours financier des constructeurs d'automobiles avec des aides, soumis à conditions à savoir : « Arrêt des délocalisations des productions hors territoire », la aussi nous pouvons parler de l'argent des contribuables Français, dans le même temps Renault plantait son panneau de permis de construire à proximité du port de Tanger avec la bénédiction du Roi Mohammed VI. Le gigantisme de l’opération va bien plus loin que l’entreprise Renault, c’est une colossale colonie d’entreprises sous-traitantes, équipementiers qui voient le jour et s’implantent à proximité du site de 300 hectares de la Melloussa, dont certaines sont Françaises ont suivit le plan « Poule aux œufs d’or » de la firme au losange. Autant d’emplois manquants par dizaines de milliers dans l’hexagone, exit également de l’Europe. Quand on sait que l’Etat est actionnaire chez Renault : SCANDALEUX !

J’appelle ça de l’incompétence Monsieur le Député-Maire, avant de critiquer les autres abusivement, faites le ménage devant votre porte et analysez votre action et propos que je qualifierais d’incohérents et dangereux.

Ce Ministre de l'insdustrie Christian Estrosi, principalement concerné, était aux affaires pendant cette période, qu'elle a été son action sur ce dossier ? aucune dans le bon sens, s'avait il de quoi il parlait ? Non, plutôt muet ! Comme le Président Sarkozy et son Premier Ministre Fillon d'ailleur !

Pendant ce temps :

Première pierre de l’usine Renault Tanger, chantier énorme aux enjeux considérables (30 octobre 2009)

C’est l’un des plus grands projets industriels du nord du Maroc, un investissement de 750 millions d’euros et des enjeux considérables qui sont à la clé, l’usine Renault, à côté du port Tanger Med, la première pierre a été posée aujourd’hui.
Selon le groupe, l’usine Renault Tanger Med doit être opérationnel début 2012. Ce sera alors au Maghreb le premier site d’assemblage de voitures à bas coût comme la fameuse Logan et ses dérivés. Le groupe Renault table sur une production tout d’abord de 200.000 véhicules par an, la majorité destinée à l’exportation. Renault qui annonce aussi la création de près de 36.000 emplois directs et indirects.
 Renault passe donc à la vitesse supérieure au Maroc, son mega projet d’usine dans le nord du pays franchit une nouvelle étape aujourd’hui avec la pose de la première pierre sur le site de Melloussa adossé au vaste complexe portuaire de Tanger Med.
« C’est uni grand jour pour l’histoire de Renault au Maroc », c’est avec ces mots que le chef du projet a inauguré le début du chantier de l’usine Renault. Le constructeur français va en faire l’un des complexes automobile du bassin méditerranéen, investissement total plus de 8 milliards de dirhams (750 millions d’euros) pour produire 170.000 véhicules à bas coût chaque année dans une première phase. A terme, la capacité de production devrait atteindre 400.000 unités par an, 10 à 20 % seront destinés au marché local le reste sera exporté vers l’Europe, l’Asie, l’Afrique et le reste du monde.
L’usine Renault Tanger, qui devrait être opérationnelle dans 3 ans, s’étendra sur plus de 300 hectares. Elle s’appuiera sur les infrastructures du port Tanger-Med où un quai entier est réservé à l’exportation des véhicules de Renault.
Le projet de l’usine Renault Tanger est aussi une bonne nouvelle pour les équipementiers. Renault prévoit d’acheter près de 40 % des équipements à monter sur les voitures au Maroc. Le constructeur français travaille donc à faire installer au Maroc des entreprises de l’étranger, te prévoit aussi des formations pour améliorer les performances des équipementiers marocains. A terme, le projet pourrait générer 6000 emplois directs et près de 30.000 emplois indirects.

Les cadres de l’usine Renault Tanger-Med seront formés en Inde (26 mars 2010)

Le constructeur automobile français Renault doit ouvrir dans les deux ans une usine dans le port de Tanger-Med, usine dont les cadres seront formés en Inde plus précisément dans l’usine Renault-Nissan installée à Chennai, anciennement Madras.
Renault a fait le choix de l’Inde, explique ses responsables, parce que le groupe formé avec Nissan vient d’y ouvrir une usine flambant neuve dotée de technologies de pointe, celles qui seront utilisées dans l’usine de Tanger-Med. Les cadres de Renault formés à Chennai feront donc tourner l’usine marocaine. Le choix de l’Inde d’après Renault démontre la priorité accordée aux nouveaux marchés automobile, ceux des marchés émergeants dont fait partie le Maroc.
L’usine Renault de Tanger-Med, un investissement de 600 millions d’euros implanté dans la zone franche liée au nouveau port, devrait sortir ses premières voitures en 2012 avec une production prévue de 170.000 véhicules par an, poussée plus tard à 400.000, elle devrait générer 6000 emplois directs et 30.000 indirects.

Algérie • Renault va construire une usine d’assemblage à Rouïba (10 février 2010)

Renault va s’implanter à Rouiba près d’Alger, une usine qui doit atteindre les 50.000 voitures par an destinées au marché intérieur algérien.
C’est la presse française qui l’annonce, ce projet entre la France et l’Algérie, le constructeur automobile Renault envisagerait la construction d’une usine près d’Alger une usine destinée à produire près de 50.000 voitures par an pour le marché algérien.
Renault aurait choisi le site de Rouïba dans la banlieue d’Alger où la SNVI – entreprise publique –, Société nationale de véhicule industrielles, construit déjà des camions et des autobus. La loi algérienne imposant depuis l’été dernier un partenaire local majoritaire au sein de toute entreprise nouvelle, c’est d’ailleurs avec cette même SNVI que le groupe français devra gérer le nouvel ensemble dont il sera actionnaire à hauteur de 40 %.
L’usine Renault aura pour vocation d’assembler 3 modèles de véhicules : la Logan, la Sandero de la marque Dacia – filiale roumaine de Renault – et la Symbol, une berline actuellement fabriquée en Turquie.
La direction de Renault ne confirme ni ne dément l’information. « Il est vrai que nous étudions en permanence tout projet de développement industriel », se limite t-on à dire au siège de Billancourt, « Mais nous ne faisons aucun commentaire sur l’aboutissement ou non d’éventuelles négociations en Algérie ».
Pour Renault en tout cas, l’implantation d’une usine d’assemblage en Algérie aurait l’avantage de lui permettre de consolider sa place de numéro 1 sur le marché automobile local. Avec 56.000 véhicules vendus l’an dernier en Algérie, Renault contrôle peu ou prou le quart du marché national entre ceux qui sont vendus sous sa propre marque et ceux qui sont vendus sous l’étiquette Dacia. L’Algérie de son côté, où le projet doit encore recevoir l’aval des autorités, y voit sans doute l’opportunité de développer sa propre filière automobile.
Une fois opérationnelle, l’usine de Rouïba devrait produire environ 50.000 véhicule par an qui seront destinés au marché local. Le montant de l’investissement n’est pas précisé, mais selon le quotidien Le Monde, il devrait dépasser plusieurs dizaines de millions d’euros. À comparer aussi 100 millions que Renault a décidé d’investir dans son usine de Tanger au Maroc pour une production initiale de 170.000 véhicules par an qui pourra être à terme portée à 400.000 essentiellement destinés au marché international.

Articles à lire aussi : http://maghrebinfo.actu-monde.com/archives/article4879.html

 

Voir les commentaires

Serge BECOT ...................... Centriste indépendant, non inscrit

.......................................... Blog d'un Corrèzien Démocrate et Républicain. ..........................................

PRÉSENTATION

64 Ans - Père de Famille - Une fille

Domicile : SAINT ROBERT - Canton d' AYEN

Origines : SOUDEILLES (La Braute) près d' Egletons

Familles : VIALLE - BECOT

Etudes et formation à Paris

Activité professionnelle en Provence Cote d'Azur

Retour au Pays et rapprochement familial 
Retraité du secteur automobile, arts graphiques et informatique de gestion.

Trésorier dans le mouvement associatif.

ANCIEN CONSEILLER MUNICIPAL DELEGUE
URBANISME - TRANSPORTS PUBLICS - CIRCULATION
VILLE DE GRASSE (Alpes maritimes) 40.000 habitants 
Mandat électif : 1977/1983 avec délégation de représentation
au sein d'un Syndicat intercommunal des transports en commun.

 

COMPTEUR VISITEURS

Hébergé par Overblog