Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Serge BECOT ...................... Centriste indépendant, non inscrit

Le secteur rural représente près de 80% de la superficie de la France où réside près de 50% de sa population, soit environ plus de 30 millions d’habitants.

L'espace à dominante rurale, ou espace rural, regroupe l'ensemble des petites unités urbaines et communes rurales n'appartenant pas à l'espace à dominante urbaine (pôles urbains, couronnes périurbaines et communes multi- polarisées). Cet espace est très vaste, il représente les deux tiers des communes de la France métropolitaine.

L'espace rural se caractérise par deux classes extrêmes : 1 - Le rural sous influence urbaine, où les résidents vont chercher l’emploi et les équipements dans l’aire urbaine la plus proche et 2 - Le rural isolé, souvent en régions montagneuses, où l’emploi se trouve généralement proche du domicile mais où l’accès aux équipements demeure compliqué avec des temps de trajet importants. 

La réalité de nos territoires ruraux, c'est : Voir article cliquer ICI

 

Je reprendrais ci-après un article témoignage de la libre expression d'un Maire d'une commune rurale de 500 habitants :

"Le troisième tour des élections cantonales ... La ruralité : Un luxe ou n'est-on pas en train de préparer un exode rural ?"

Mon questionnement s’appuie sur deux aspects dissociés qui prennent une autre interprétation quand on les rapproche.

Le premier se fonde dans l’observation des facteurs orbitant autour d’une meilleure organisation du monde rural. Le second est qu’il est de plus en plus onéreux d’habiter la campagne

L’habitant rural est aujourd’hui confronté à un flot d’informations et de mesures dont il ne peut ni vérifier l’efficience au regard de sa situation.

 

Voilà ce qu’il pourrait dire ou penser :

De la meilleure organisation du monde rural avec : Tout d’abord, sa réorganisation des collectivités locales et territoriale:

En effet, on lui parle de réorganisation territoriale autour de deux pôles principaux, commune et communauté de communes d’une part et conseil général et conseil régional d’autre part.  Il sent confusément qu’il est nécessaire d’optimiser les pratiques mais ne veut pas non plus voir disparaître ou réduire à une coquille vide l’échelon communal de proximité, tout comme ce qui se passe actuellement dans les sous préfectures. On lui a certes dit qu’on ne touche pas aux prérogatives communales mais il entend également qu’en ayant recours à certains artifices technocratique ou comptables qu’utilise le gouvernement, les municipalités ont en fait de moins en moins de moyens pour assumer des missions qui, en revanche ne cessent  d’augmenter, de s’amplifier ou de se complexifier. Il apprend également (mais ce doit être la rumeur) que Département et Région voit leurs missions respectives se recentrer avec une incapacité à travailler avec les communes dans le cadre de financements croisés (transparence oblige) et que de toute façon l’Etat n’honore pas ses engagements financiers liés à la décentralisation.

 

La sécurisation ensuite dans plusieurs de ses aspects : 

Tout d’abord la gendarmerie. On lui explique que les interventions de la gendarmerie sont maintenant pilotées depuis un PC départemental qui peut lui envoyer le GIGN instantanément si besoin. Pourtant, il s’interroge car il ne parvient même plus  à voir le véhicule  de gendarmerie et les gendarmes qu’il connaissait et qui assuraient une surveillance efficace et bienveillante. Il en reste bien quelques uns qui sont maintenant accompagnés de jeunes qui changent souvent mais ils n’ont plus le temps.

C’est comme les sapeurs pompiers distants de 2 km qu’on appelait quand cela était nécessaire. Maintenant on fait le 15 et c’est de notre faute s’il faut plusieurs heures pour secourir notre voisine de 80 ans car on a bien vu qu’elle était tombée devant sa porte, qu’elle avait mal et qu’elle ne pouvait plus se lever mais on n’a pas été capable de diagnostiquer un col de fémur cassé. De plus, on se fait rappeler à l’ordre de n’avoir pas donné tous les renseignements utiles quand au bout d’une heure, on voit arriver une ambulance privée qui vient faire vingt kilomètres pour constater qu’il ne peut rien faire car la personne âgée pèse une centaine de kilos.

Pour l’eau c’est autre chose. Malgré la régie communale, son prix va être multiplié par trois ou quatre car il y a les nouvelles taxes imposées par l’Etat. De plus, le maire nous a informés que dans le cadre de la sécurisation de l’eau, les normes ont évoluées de manière à ce qu’il n’y ait plus de risque à boire l’eau du robinet. Il est vrai que depuis plus de deux siècles, les différents maires jusqu’à l’actuel doivent être des assassins en puissance de nous avoir permis de boire l’eau pompée par la commune, et que le cimetière en témoigne. Et puis … il y a la sécheresse. Il faut mailler, le territoire, organiser les possibilités de dépannage entre communes. Mais cela a un coût qui va également être répercuté sur le prix de l’eau. En plus, il a toutes ces grandes sociétés privées et leurs actionnaires qui aimeraient bien mettre main basse sur l’eau du  village et qui essayent, en relation avec les représentants de l’Etat de mettre en place un grand syndicat de production-distribution en eau qui s’occuperait de tout et qui pourrait alors leur en confier l’affermage. Moi qui pensais que l’eau devait appartenir à tous.

 

Et pour finir, on lui parle du SCOT

Celui-ci doit se faire dans la concertation, et comme il veut savoir ce qui va être fait pour qu’il puisse continuer à habiter son village, il va à la réunion sur le sujet. Tout d’abord intéressé car on lui annonce que ce schéma est fait pour relancer l’activité et le quotidien dans son bassin de vie, ’il pense que l’union fait la force, il se met à déchanter rapidement comprenant car il a beaucoup de bon sens  que ce SCOT vise surtout à renforcer les zones urbaine et que sa situation ne semble pas intéresser beaucoup de monde. Là, la résignation succède à la colère car il ne se reconnait plus dans ce fonctionnement mondial qui se généralise.

 

Une vie dans nos campagnes de plus en plus dure :

Un choix de vie…

Pour lui qui avait choisi de vivre à la campagne il y a vingt ans car il avait pu s’acheter à crédit une petite maison de village à conforter, faire un peu de jardin et d’élever quelques poules pour nourrir sa famille, la vie n’a cessé de se dégrader. Cela est encore pire pour deux de ses voisins qui avaient toujours travaillé dans l’usine qui a fermé. 

De plus, il y a maintenant les problèmes de sécurité car les gendarmes ne sont plus en mesure d’assurer leur mission. Et puis, la situation avec sa voisine le fait réfléchir. Que se passerait-il si lui-même sa femme ou un de ses enfants avait un accident ?

 

… Qu’il est contraint d’abandonner

Depuis le dernier contrôle technique de sa vieille auto, il y a deux ans, il se demandait comment il parviendrait à acheter un véhicule plus récent. Maintenant, avec l’augmentation du coût de l’essence, il se sent humilié d’avoir dû contacter le maire pour demandé une aide du CCAS. Il doit en effet  mettre du gasoil dans son véhicule afin qu’il puisse se rendre à son travail, sinon ce sera le chômage. Cela n’arrangerait rien à sa situation déjà tendue avec les hausses successives de l’eau, du gaz, de l’électricité, du carburant ainsi que des produits de nécessité. 

C’est maintenant avec beaucoup d’amertume qu’il écoute les « mesures gouvernementales » censées aider les plus défavorisés. En effet, il se demande maintenant s’il ne va pas être obligé de vendre sa maison pour regagner des blocs HLM comme ses deux voisins qui ont d’ores et déjà mis leur habitations en agences.


Mettre fin à cette fracture territoriale de plus en plus marquée !

Nos campagnes attendent une politique volontariste pour assurer le «  mieux vivre ensemble » et ainsi se développer dans un équilibre entre villes et campagnes au travers une équité territoriale.

 

Il semblerait que pour la gauche le PS et pour la droite l'UMP, sur le fond, se saississent enfin sérieusement du problème rural. Sur la forme, à l'origine de la démarche avec pour le PS la rédaction du "Bouclier rural pour les territoires d'avenir" et dans la foulée pour l'UMP une copie aménagée "Plan Marshall pour une ruralité résolument moderne" (A noter que l'intitulé "Plan Marshall" : Le plan Marshall est régulièrement évoqué chaque fois qu'il est question d'aide au développement. On voit dans son succès la preuve que des crédits et des dons massifs peuvent assurer le démarrage, voir redémarrage d'une économie. L'emploi de cet intitulé employé par la droite est la reconnaissance du catastrophisme de notre monde rural d'aujourd'hui et confirme la réalité de son échec de sa politique en la matière.)

Une démarche de démocrate : Le "Bouclier rural" comme le "Plan Marshall" ne peuvent pas être une proposition de Loi dans l'état, ils sont seulement des documents de travail sur la base d'un RASSEMBLEMENT autour d'une table avec toutes les forces vives, démocratiques et républicaines de ce Pays, toutes les parties prenantes pour solutionner ce problème majeur, vers un texte règlementaire opposable aux collectivités dans le cadre de la réforme territoriale (revue et corrigée). Parlons de territoire rural, de proximité pour les besoins de base quotidiens, les services publics, et la mobilité de l'habitant rural dans son bassin de vie (transports de personnes), mais c'est aussi parler d'économie rurale et d'agriculture avec sa revalorisation, diversification et développement. Un retour de la République dans nos vilages ! UNE URGENCE A METTRE EN OEUVRE.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Serge BECOT ...................... Centriste indépendant, non inscrit

.......................................... Blog d'un Corrèzien Démocrate et Républicain. ..........................................

PRÉSENTATION

64 Ans - Père de Famille - Une fille

Domicile : SAINT ROBERT - Canton d' AYEN

Origines : SOUDEILLES (La Braute) près d' Egletons

Familles : VIALLE - BECOT

Etudes et formation à Paris

Activité professionnelle en Provence Cote d'Azur

Retour au Pays et rapprochement familial 
Retraité du secteur automobile, arts graphiques et informatique de gestion.

Trésorier dans le mouvement associatif.

ANCIEN CONSEILLER MUNICIPAL DELEGUE
URBANISME - TRANSPORTS PUBLICS - CIRCULATION
VILLE DE GRASSE (Alpes maritimes) 40.000 habitants 
Mandat électif : 1977/1983 avec délégation de représentation
au sein d'un Syndicat intercommunal des transports en commun.

 

COMPTEUR VISITEURS

Hébergé par Overblog