.................... Blog d'un Corrézien Démocrate et Républicain ....................

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Au nom de la liberté de circulation la gratuité des routes est érigée en principe en France, gratuité relative puisque financée par nos impôts ! Pour mémoire : Un péage (sur route comme sur autoroute) ne peut être instauré qu’à la condition qu’une alternative au trajet payant soit proposée.    

Souvenez vous, l’Etat par décision de son ex-Premier Ministre Dominique de Villepin, de privatiser les autoroutes, s’est privé des recettes pour continuer d’améliorer le réseau national.

Les Routes Nationales de France vont  elles devenir payantes les unes après les autres ?

Au prétexte de la sécurité et de l’aménagement du territoire, de plus en plus d’axes régionaux, jusque là gratuits, pourraient être mis en concession. «Vous voulez plus de sécurité ? Mettez vos routes en concession !»

Après la déclaration à l’Assemblée Nationale de Nathalie Kosciusko-Morizet la Ministre des Transports (mais aussi du Développement durable) : «De plus en plus d’élus me demandent des mises en concession sur des itinéraires qui n’ont pas de trajet alternatif». Ajoutant : «Nous avons de plus en plus de routes symboliques sur lesquelles sont discutées des mises en concession.» Dans son entourage, on réfute tout revirement : «L’Etat [financeur majoritaire des routes nationales, ndlr] n’a pas changé de doctrine.» Mais, poursuit-on, «quand l’enveloppe financière est contrainte, la mise en concession s’impose comme la seule solution». 

Forte de cet élan d’élus locaux pressés de voir démarrer des travaux de mises à 2 X 2 voies de leurs axes majeurs (Elections obligent), le 24 juin dernier, le Gouvernement par la voix de N.K.M. a autorisé la concession de la RCEA (Route Centre-Europe-Atlantique) sur 180 Kilomètres et la création de 6 péages sur l'axe reliant la façade atlantique à Genève. 
Et ce n'est qu'un début car il est fort probable que la RN21, qui relie Tarbes à Limoges (385 kilomètres), subisse le même sort, alors que "Les aménagements financés par l’Etat et les collectivités territoriales dans le cadre du contrat de plan Etat/Région (CPER 2000-2006) représentent un montant de 103,64 M€ sur l’ensemble de l’itinéraire en Aquitaine". Faire payer deux fois le contribuable, quelle aubaine !!! Ca excite les appétits, Vinci, Eiffage et Colas sont dans les starting-blocks... Et on les comprend ! Récolter des bénéfices pour un bien qu'ils n'auront pas financé, C’est aussi Cofiroute pour la Bretagne, mais là à mon avis c’est loin d’être gagné. 

Vu par les utilisateurs, Avec un  pouvoir d’achat qui sombre de mois en mois, le prix des carburants qui ne cesse de monter et c’est pas fini, les autoroutes trop chères, s’il faut maintenant payer pour les nationales et bien nous prendrons les départementales … Pour les professionnels de la route ça sera des frais à répercuter sur les prix de ventes ou de services …

Pour tous ceux, véhicules particuliers, poids lourds, motos … qui ne peuvent pas ou ne veulent pas payer et bien rendez-vous sur le réseau secondaire et nous verrons bien si le nombre d’accidents et de morts sur les routes s’orientera vers une baisse. Une hausse certaine par contre : Les pv des radars et cette chère tva.

L’Allemagne qui est souvent citée, les autoroutes sont gratuites et la majorité des automobilistes les utilisent (Gratuites et sures), la sécurité y a tout à gagner ! … A méditer

Après la réduction des moyens de santé, des moyens d'éducation, de formation et de justice, des droits sociaux et d'emploi, contrôle des médias, la tentative de censure de l’Internet, aujourd’hui c’est le moyen de circulation, le but de Nicolas Sarkozy est-il de faire revenir la France comme au Moyen Age avec octroie à ses seigneurs le droit de lever l'impôt sur les chemins et entrées de villes, au détriment de la liberté de circuler du peuple !!! A cette époque le peuple ne circulait que dans un périmètre de 5 à 10 kms autour de son domicile et n'avait aucun droit. 

Il est grand temps que ce règne du fric roi finisse …

Voir les commentaires

Je suis pour la sortie progressive du nucléaire avec un mix énergétique en production décentralisée. 

L'avantage des énergies renouvelables est qu'elles ont un potentiel de développement local. La production de proximité permet de réduire les coûts, à la fois économiques et environnementaux et de favoriser la combinaison des différents modes de production. Elle promeut aussi un nouveau modèle économique dans lequel les PME ont toute leur place. Evidemment cette politique doit être couplée à l'aménagement du territoire, il ne s'agit pas de mettre ces productions n'importe où mais de rétablir une production de proximité concertée et durable. 

Le développement de ce mix énergétique et la réorganisation de la production décentralisable sont aussi bénéfiques en termes d'emplois non-délocalisables. Si les énergies renouvelables créent et vont créer des emplois, elles permettront aussi, et surtout, d'en maintenir au niveau local. D'ailleurs, que l'on se rassure : il y aura aussi du travail pour des années dans le nucléaire, même dans le cas d'un scénario de sortie de cette technologie. Le gouvernement, qui avance régulièrement l'argument des dizaines de milliers d'emplois que représente le nucléaire (de 40000 à plus de 120 000 emplois en comptant les emplois indirects), devrait se pencher sur le nombre d'emplois que nécessiteraient le démantèlement, la surveillance des réacteurs et la gestion des déchets radioactifs. 

Le décret publié jeudi 28 juillet, annonçant la décision de reprendre l'entreprise de démantèlement de la centrale de Brennilis, à l'arrêt depuis 1985, nous engage pour des années de travaux et de gestion des déchets puisqu'on estime qu'environ 100 000 tonnes de déchets seront engendrés au total par la déconstruction de la centrale. Le chômage technique n'est donc définitivement pas à l'ordre du jour !

Note perso : Concernant la production des unités éoliennes, la fabrication peut être créatrice d'entreprises nationales avec des emplois, sans pour cela aller chercher Airbus Industrie !

Je vous invite à lire l’intégralité de cet article écrit par Jean-Luc Bennahmias, Député européen, membre du Shadow cabinet du Mouvement DEMocrate. 

L’avenir des générations à venir est entre nos mains … ne soyons pas égoïstes et pensons à eux.

Dans un prochain article, l’avenir énergétique c’est aussi pour notre mobilité, l’après pétrole …

Voir les commentaires

En réponse à des courriels reçus me demandant de faire connaitre mon opinion sur le flou dans le dossier du centre dans la vie politique Française. Je fais cette réponse collective, ouverte, pensant que ce point de vue peut intéresser le plus grand nombre.

 

Pour ma part au-delà du bipartisme gauche-droite, il existe aujourd’hui un véritable Centre, véritable troisième voie, totalement indépendante, libre et sans aucun engagement vis-à-vis de ce bipartisme, sans compromission, avec des valeurs de base, pour une Société nouvelle, où l’on retrouve les notions : Humanisme – Justice – Vérité – Solidarité , il s’appelle le « MOuvement DEMocrate » et son leader est François Bayrou.

 

On essaye de créer un amalgame avec un soit disant autre centre au travers la personne de Jean-Louis Borloo, soyons très clair aujourd’hui, s’il se revendique du centre, pour moi il représente seulement le centre de la majorité présidentielle leader du Parti Radical engagé et dépendant de l’UMP (voir contrat d’association) dont quelques membres et élus n’ont plus la carte UMP mais restent solidaires (finances obligent) à cette majorité de droite moribonde et c’est là le flou ou l’on retrouve des ambitions personnelles avec des formules de clientélisme, de privilèges, de magouilles, c’est de la grande cuisine politicienne … Il y a trop d’intérêts individuels : « je ne suis pas d’accord mais je suis d’accord quand même !».

 

La France n’a pas besoin et ne peut se permettre une nouvelle aventure ! Plus que jamais, les Français ont le droit à la vérité, à l’égalité, aux justices, à l’éducation, la formation, à l’emploi et vivre de son travail, à la santé, à la retraite … entendre parler de pluralisme, représentation proportionnelle.

 

Le MOuvement DEMocrate avec ses valeurs et son projet reconnus et acceptés par sa composante issue de diverses sensibilités, la compétence, la vision du réel, la pertinence des propositions (déjà d’actualité en 2007) de son Président François Bayrou, qui je le souhaite sera candidat à la Présidentielle, fait naître un grand espoir à la France. Entouré d’une équipe soudée, au travail, il sera créer une nouvelle majorité dynamique, rassembler autour des bases du MODEM pour un projet-programme salutaire pour notre Pays et ses Citoyennes et Citoyens. Une grande chance aussi pour l’Europe avec sa vision réaliste de l’Union et là aussi la pertinence de ses propositions. Je suis très confiant dans ce vrai Centre porteur d’espoir pour notre avenir.



Voir les commentaires

Quand le rail déraille …. Vous avez dit SERVICE PUBLIC ! Non d’abord rentabilité et profits. 

En pleine réorganisation des territoires avec le début d’application, dans la précipitation, de la réforme territoriale : Région – Départements et Communes - Communautés de Communes …… Avec toutes les interrogations sur les enjeux, les compétences, les projets en instance, la notion de pays, les bassins de vie et d’emploi, les financements ..... Qui fait quoi !


La SNCF, qui avec un retard en matière de rénovation du réseau ferré depuis des décennies, avec RFF (Réseau Ferré de France qui gère le réseau des voies ferrées) décident une réorganisation de grande ampleur de la circulation ferroviaire, prévue dans un premier temps dans l’urgence avec application du cadencement généralisé pour la fin de cette année sur le réseau mais craignant que ce chamboulement des horaires ne provoque un véritable chaos, en final avec un peu de raison ces décisions seront projetées progressivement dans le temps. Le RFF et la SNCF, aux côtés des Autorités Organisatrices de Transport et de l'Etat, vont mettre en place, entre 2011 et 2016, une nouvelle circulation ferroviaire. Les changements qui en découlent visent à répondre à trois enjeux prioritaires : fiabiliser et moderniser le réseau, mettre en service de nouvelles lignes à grande vitesse et faire évoluer les horaires et l'offre de sillons.


Le cadencement des horaires des TER reste un sujet hautement sensible, il va continuer à être étendu sur le réseau ferroviaire français à l'occasion du passage aux horaires 2012 qui entreront en vigueur le 11 décembre 2011. Mais cette extension sera réalisée à un rythme beaucoup moins soutenu que prévu.

Déclarations de la SNCF  : « Nous allons faire des travaux à haute dose (13 milliards d'euros de travaux) pendant les quatre années qui viennent avec "mille kilomètres de voies qui vont changer" chaque année, tout cela va beaucoup modifier les horaires. Près de 80% des horaires de train en France vont changer le 11 décembre prochain. Quelques-uns de quelques minutes, d'autres de façon un peu plus importante.  RFF a aussi jugé utile d'en profiter pour mettre un peu d'ordre, de clarté dans les horaires. »

 

Les horaires et désertes des TER en premier concernés ! L’espace rural en première ligne.

Une réflexion a été engagée avec les Régions pour assurer une meilleure régularité et complémentarité des trains. Personne n'est opposé au cadencement qui permet une meilleure utilisation du réseau ferré. En revanche, il faut dénoncer le cadencement à marche forcée car cette bonne idée se révèle coûteuse à mettre en place. Depuis la loi de finances de 2009, les Conseils Régionaux ne peuvent plus voter aucun impôt direct.  Alors que par ailleurs, l'Etat a gelé ses dotations et envisage même de les baisser, voila ces restrictions budgétaires auxquelles doivent faire face les Conseils Régionaux, autorités organisatrices des réseaux TER.

 

Les Régions ont aussi leur mot à dire !

En 2012, les régions ne souhaitent pas mettre un sou de plus pour l'exploitation des TER. Or, pour diverses raisons, le cadencement s'est souvent accompagné d'une augmentation de l'offre de trains. Elle peu représenter jusqu’à 15 % de circulation en plus. Qui paiera ?

 

Et les Usagers, les grands oubliés, ces Citoyens contribuables, ceux qui paient leur titre de transports et qui par leurs impôts contribuent au fonctionnement de la SNCF et maintenant à celui du privé avec pour devise : Payer et Subir.

Certes ils seront consultés, auront une communication « pour que les Français puissent se préparer au changement », une information, mais jamais il n’y aura une grande concertation globale et pourtant impérative pour garantir un succès avec toutes les parties prenantes, nous verrons bien ce que donnera le transport routier en correspondance des horaires du rail, en autres.

Ayons à l’esprit de ce que représentera une modification d’horaire, voir de desserte pour une famille qui est utilisatrice du rail : Les parents pour aller à leur travail et les enfants pour leurs études.

Ce seul exemple montre bien qu’il n’est pas permis de faire n’importe quoi !

Le cadencement, ce sera bien si les horaires proposés sont en adéquation avec les horaires de travail des usagers. Ces changements qui  interviendront en décembre 2011, vont conduire effectivement à modifier les habitudes des usagers.


Notons que pour la gêne occasionnée par les changements d'horaires et/ou de dessertes éventuels, ainsi que parfois par les travaux, RFF et SNCF s'engagent ensemble à mettre en place les solutions adaptées pour limiter les perturbations. Une communication ligne par ligne sera effectuée dès la rentrée 2011.

Reste à savoir comment RFF réagira aux remises en cause de ses catalogues de sillon cadencés par les Régions, la SNCF ou les associations d'Usagers.


Allons jusqu’au bout de la réorganisation : Parlons tarification et POST-PAIEMENT !

Sur la tarification il y a beaucoup à dire mais trop long pour en parler ici, ça fera l'objet d'un autre article.

L’abonnement mensuel de transports de personnes et le rare service de la vie quotidienne qu’il faut encore prépayer. Il faut prendre la peine d’aller acheter son abonnement en début de mois, peu importe s’il n’est pas utilisé, ce sont des recettes engrangées. 

Le POST-PAIEMENT : C’est possible tout de suite, alors pourquoi pas !

Le principe est simple : l’usager ne paye que ce qu’il a consommé, dans la limite éventuelle d’un plafond qui peut logiquement être celui du prix de l’abonnement mensuel. C’est donc a priori la garantie de payer le juste prix.

La tarification en France suit une logique administrative et comptable – on a peur de perdre des sous ! Sans souci de marketing alors que la billettique pourrait faciliter l’accès au service de transport et la souplesse tarifaire. Le plus souvent, au lieu d’imaginer ce qu’ils ont à y gagner, les opérateurs de transport calculent plutôt ce qu’ils risquent de perdre tout de suite

En conséquence, le bon sens voudrait qu’un post-paiement associé à une baisse du coût du voyage, après réflexion globale sur la grille tarifaire, apporte une hausse de trafic. Seulement, « parfois, les choses vont à l’encontre du bon sens »… A suivre de très près … 

Voir les commentaires

Pendant que la majorité Présidentielle et ses alliés sont à la pêche aux voix, à la recherche de tout ce qui peut faire remonter leur côte, à l’affût pour emprunter, dans l’urgence, un contenu de programme, projet d’un concurrent (même FN), avec une gestion du Pays au jour le jour, sans cohérence, qui continue.

Ces alliés qui cautionnent et approuvent la politique du Gouvernement et du Chef de l’Etat sans réserve et qui disent avoir un programme d’alternance toujours en restant dans cette majorité ! ! ! Ils se sont regroupés en club d’éjectés gouvernementaux revanchards, ils veulent faire croire au Français qu’ils ont des valeurs centristes, humanistes … alors que seul compte un esprit de revanche et des ambitions personnelles. Ils le disent « après les législatives, nous serons totalement indépendants » !

A gauche, le mot d’ordre, c’est les Primaires avec ses affrontement, une garantie soit disant pour la victoire, les Citoyens restent dubitatifs. Les grandes lignes de leurs programmes nous laissent très interrogatifs.

Indépendant de ce bipartisme, en toute liberté, le MOuvement DEMocrate, proche du peuple, pour son avenir au travers une autre Société plus humaine ou le capital n’est pas le Roi et la Solidarité en est une des bases. Gérer la France d’aujourd’hui de demain et d’après-demain pour les générations futures en disant la vérité, la transparence avec réalisme et efficacité.

Avec tous ceux, les déçus de tous bords, libres de tous engagements et qui veulent aller dans le bon sens, avec le respect de véritables valeurs humanistes et pour le bien de tous les Français, alors ... il est temps de gérer la France autrement, cliquez sur CE LIEN

Voir les commentaires

La dernière enquête transports et déplacements montre que la mobilité des ruraux est quasi exclusivement assurée par la voiture, par absence de choix:

  • En milieu rural, 9 trajets sur 10 sont effectués en voiture.
  • Les ruraux sont ceux qui parcourent le plus de kilomètres quotidiens avec leur voiture.
  • La voiture est en milieu rural un élément constitutif de l’économie locale : travailler ou faire des courses est la première raison des déplacements.
  • En proportion du nombre d’habitants il y a 25 % de voitures en plus dans le monde rural.

Devant la dégradation du pouvoir d’achat des Français, les problèmes environnementaux et de pollution, il devient URGENT de définir une politique de transports en commun cohérente sur les bassins de vie et d’emploi.

Certains parlent d’attente au vue de la nouvelle intercommunalité, avec ce calendrier imposé qui dans sa précipitation est le plus sûr chemin à l’échec, ce que personne ne souhaite, sous la forme de blocages multiples.

  Les communes ont bien reçu des Préfets, les propositions de modification de la carte intercommunale, elles sont dans l’attente du volet financier sur les conséquences de ces modifications de périmètres et de compétences. Elles doivent se prononcer sur leur future intégration dans une nouvelle intercommunalité, ou sur la suppression d’un syndicat intercommunal, sans aucune visibilité, les obligeants à sauter durablement dans l’inconnu, sans même pouvoir éclairer un débat local avec leurs administrés. Ces schémas qui relèguent les élus au rang de « consultés » et non « d’acteurs » alors qu’ils assumeront au quotidien le bon fonctionnement des futurs territoires et qui ralentira de surcroît l’action de proximité que mènent au quotidien les élus locaux.

Au nom de la Démocratie, je souhaite pour toutes les Communes ce DEBAT LOCAL avec les administrés,  Associations et toutes parties prenantes sur les projets communaux et territoriaux au regard de la réalité de terrain avec pour exemple un bassin de vie dans une commune limitrophe d’un autre département que celui du bassin d’emploi …

 

DANS L’ATTENTE TRES URGENTE D’UN SHEMA DE TRANSPORTS DE PERSONNES COHERANT !

Les compagnies pétrolières ne répercutent pas intégralement les baisses récentes sur les carburants « au nom de contraintes techniques et de stratégies commerciales », ces baisses qui devraient d’abord bénéficier aux habitants du monde rural afin de rétablir l’égalité entre les citoyens.

Tenir compte également de la difficulté des stations-services indépendantes de pouvoir se maintenir faute de mises aux normes excessivement onéreuses et trop partiellement prises en charge. Normes qui devraient être adaptées aux types de stations. Il est évident que la fréquentation ou l’environnement d’une station urbaine ou autoroutière d’un côté, et rurale de l’autre n’est pas comparable et leurs moyens non plus afin de ne pas pénaliser la trésorerie de l’exploitant qui est souvent précaire, d’autant que la subvention accordée est versée deux ans après la réalisation des travaux de mise aux normes.


Voir les commentaires

J'ai le regret de vous faire part du décès de mon ami 
Jean-Jacques Bélézy-copie-1
Jean-Jacques BELEZY
Président du Mouvement Démocrate de la Haute Vienne
Conseiller Municipal de la Ville de Limoges
survenu le 24 Juin 2011 à 52 ans des suites d'un cancer
Les obsèques ont eu lieu à Limoges Mardi 28 Juin à 10h00
en l'Eglise Saint Michel les Lions
Condoléances à sa famille, proches et amis.
Pas d'article cette semaine.

Voir les commentaires

François Bayrou, une fois encore désigné comme le leader légitime du Centre

C’est sur ce récent sondage IFOP pour le compte de France Soir que je poste cet article d’espoir.

François Bayrou vient à nouveau d'arriver en tête du baromètre du Centre, réalisé par l'Institut IFOP : près de 42 % des Français le considèrent comme la personnalité qui incarne le mieux cette famille politique, loin devant les autres éventuels prétendants.

Les projecteurs des médias ont beau être tournés vers un autre centriste, Jean-Louis Borloo, c’est bien le patron du Modem qui « incarne le plus les idées et les valeurs du centre » pour 42 % des Français, loin devant le président du Parti radical (32 %).

Loin des gesticulations, compromissions, soumissions, sous-marinades … Des ténors politiciens qui ont bien loin dépassés l’élection présidentielle et même législative ! leurs seuls soucis étant de sauver ce qui peut être encore sauvé, alors ils se positionnent déjà pour les municipales pour Paris et autres grandes villes ! Des démarches d’ambitions personnelles placées bien avant le service dû aux Françaises et Français, pour l’avenir de la France et des générations à venir.

En toute indépendance dans le paysage politique, un homme libre, entouré d’une équipe soudée, qui travaille pour la France d’aujourd’hui, pour son avenir, pour nos enfants, nos petits-enfants … Cet homme, c’est François Bayrou, une force tranquille que le Pays à besoin dans l’urgence. Compétent, dévoué, courageux, une vision lucide, pour la vérité, la transparence, l’honnêteté, la justice, l’équité …

Pour stopper un système qui a été un échec très couteux pour la Nation et peut l’être encore bien plus, Pour un changement de Société avec d’autres valeurs humanistes. Comme vous, j’attends ce jour avec impatience.

Voir les commentaires

Promesse électorale du candidat Sarkozy mise en place juste après son accession à l'Elysée en 2007, le bouclier fiscal représentant un haut symbole, gravée à l’article 1er du CGI créé pour l’occasion par la loi TEPA en 2007 et défendu énergiquement au fil des années par le Président de la République en personne « on ne touchera pas au bouclier fiscal ». Son démantèlement aujourd’hui, par ceux qu’ils l’avaient approuvés il y a quatre ans est synonyme d’échec majeur de la politique de cette majorité présidentielle et de ses alliés.  

Acte 2 : En cette fin de législature, le gouvernement s’est décidé à lancer une réforme économique de grande ampleur sur la fiscalité du patrimoine. Un projet de loi a été présenté le 11 mai en Conseil des ministres et doit être débattu au Parlement en juin 2011 après d'ultimes ajustements. Le gouvernement souhaiterait son adoption avant le 14 juillet 2011, ce qui suppose un accouchement parlementaire aux pas de charge : L'examen du projet de loi de finances rectificative doit se poursuivre toute la journée de vendredi. Le vote solennel sur l'ensemble des articles est prévu mardi après-midi, avant la navette au Sénat, procédure accélérée, examen en commission mixte paritaire, session extraordinaire et vote définitif. Pourquoi avant le 14 Juillet ? Peut être en cette date tout aussi symbolique, un discours révolutionnaire de l’éventuel candidat à la présidentielle !

Après les propos du Ministre en charge « Cette réforme c’est plus de justice sociale, plus de justice fiscale » il y a de quoi mourir de rire. Ces super cadeaux après l’affaire Tapie, Bettencourt, les vedettes de Taiwan …………

C’est 300.000 contribuables qui vont bénéficier de ce changement. Ils sont actuellement 14.000 à profiter du bouclier fiscal… Bercy prévoit un manque à gagner de quelque 900 millions pour les caisses de l'Etat que le gouvernement a promis de compenser « à l'euro près » sous la forme de taxes diverses (en débat), mais tout ceci sera-t-il suffisant pour compenser le manque à gagner ? Et si nous parlions des « Super profits » à fiscaliser … Ne serions nous pas plus près de la réalité fiscale !

Cette réforme fiscale est une « opération de communication » de fin de quinquennat de Nicolas Sarkozy en direction des plus riches, re « Elysée » moi et vous serrez ..… !

Voir les commentaires

 

... simple ambition personnelle et peu crédible !

Il y a pas si longtemps, il rêvait encore d’être premier ministre de Nicolas Sarkozy en lui faisant allégeance. S’il avait été nommé, il n’aurait bien sûr pas eu cette posture et cette annonce d’intérêt pour la candidature à la présidentielle 2012. Présenté comme un héros, depuis son annonce de rupture avec l’UMP, viré il joue le je te quitte UMP mais je t’aime moi non plus … son intention affichée d’être candidat à l’élection présidentielle 2012 se qualifiant de « centriste » et aussi d’« écologiste », avec une « fibre sociale et humaniste» ! ! ! 

Pendant neuf années, il a été ministre des gouvernements Chirac et Sarkozy sans jamais émettre une seule réserve sur la politique du gouvernement : Bouclier fiscal et suppression des droits de succession, intégration du commandement de l’OTAN, discours de Dakar, discours de Grenoble, réforme de l’audiovisuel public, affaire Tapie, affaire Bettencourt, affaire Pérol, affaire Epad/Jean Sarkozy, etc …

Ministre de l’écologie :  il est arrivé là par hasard, mais n’a jamais eu cette sensibilité », le Grenelle de l’environnement qui a été médiatisé a accouché d’une souris, le gouvernement n’ayant même pas mis en place la mesure phare que devait être la taxe carbone. Capable de signer les autorisations d’exploration de gaz de schiste sans même consulter le premier ministre et de dire ensuite qu’il a manqué de vigilance, démontre son inconscience écologique et son irresponsabilité. Et qu’a-t-il dit quand le gouvernement a décidé de supprimer une aide fiscale à l’investissement concernant les panneaux photovoltaïques.

Ministre de la Cohésion sociale et du Logement : Que de belles paroles peu suivies d’actions, des promesses non tenues : En exemple l’échec du programme visant à faciliter l’accès à la propriété des gens modestes  lancé en 2005 par Jean-Louis Borloo. Six ans après, sur les 20.000 logements prévus, seuls 600 sont sortis de terre. Ces « maisons Borloo » annoncées à 100 000 euro, coûtent finalement 150 000 euros aux familles, qui se plaignent de malfaçon et doivent se pourvoir en justice, comme le relate cet article, ou celui-ci ou encore celui-là

Ministre du travail : François Chérèque, secrétaire général de la CFDT s’exprime : «Je ne reconnais aucune fibre sociale à une personne qui ne s’est pas exprimée sur le blocage du dialogue social pendant six mois.» Ajoutant aussi : «Quand il y a eu le CPE (Contrat de Première Embauche), le double discours a l’habitude de M. Borloo, qui ne dit rien alors qu’il a des responsabilités.»

Rappelons-nous aussi, avant son élection à la mairie de Valencienne, sa vie passée de riche avocat d’affaires spécialisé dans le droit des faillites et les reprises d’entreprises en difficulté (avec financement à effet de levier gagés sur les actifs) et notamment dix ans auprès de Bernard Tapie comme l’explique cet article de Martine orange,

Enfin, si l’on regarde ceux qui grenouillent autour de lui, comme le décrit bien cet article du site Marianne2.fr tout montre l’opportunisme, les combinaisons, de ceux dans son entourage, élus radicaux valoisiens ou du Nouveau Centre, qui cherchent à se positionner, à monnayer leurs suffrages, surfant au gré des sondages,  jouant sur deux tableaux : Prêts à se rallier à Sarkozy au 2ème tour ou éventuellement juste avant le 1er s’il a encore une chance et si leurs voix peuvent peser pour ne pas être responsables d’un « 21 avril à l’envers » PS face au FN, ou si le vent a vraiment tourné court pour Nicolas Sarkozy, espérer être devant Nicolas Sarkozy et fédérer des voix de Villepin et de Bayrou pour atteindre le 1er tour.

Les "salades Borloo/Morin/Hulot/Villepin" et autres ingrédients risquent de dégoûter un peu plus de Français et les faire tourner vers un vote FN ou l'abstention. 

Le cancer qui ronge notre société, c'est bien la corruption. Les Français attendent qu'enfin l'exemple viennent d'en haut et pas seulement des contre-exemples à tour de bras dans une "république" qui devait soit disant devenir "irréprochable" ! Les Français attendent qu'on les respecte et non qu'on les provoquent tous les jours comme c'est le cas depuis quatre ans, ils souhaitent aussi qu’on leurs disent la vérité. 

Je suis aux côtés des Français qui veulent un changement profond et qui veulent voir affirmer d’autres valeurs et un autre type d’exercice du pouvoir. Le pays tout entier a besoin d’une autre éthique de la politique, du sens de la justice au sommet de l’État, de voir l’exemple venir d’en haut, un État impartial, de pouvoirs respectés et contrôlés, du respect du pluralisme.

Dans l’attente de sa déclaration de candidature que je souhaite vivement et pour l’avoir une nouvelle fois accompagné, avec la délégation Corrézienne, lors de sa visite en Limousin à Guéret en ce mois de Mai, de  François Bayrou j'apprécie toujours, sa lucidité, sa tenacité, son courage, l’expression et la grandeur d’un vrai Chef d’Etat, le discours franc et réaliste, soif de justice. Je ne conçois pas le MoDem comme à son service, mais à celui de tous les Français. Le parcours d'intégrité et de constance de l'homme François Bayrou, mais pas seulement le sien mais également celui de ceux qui l'accompagnent aujourd'hui, fait que j'ai confiance dans le fait que le MoDem a dans son essence, dans son ADN, le souci de l'intérêt général qui prévaut sur les intérêts particuliers qu'ils soient force d'argent, réseaux de pouvoir ou d'influence.

François Bayrou est le seul candidat légitime du centre pour les électeurs centristes : Chez les sondés situés au centre, François Bayrou est plébiscité à 53% contre 27% pour Borloo, car ce sont les sondés sympathisants de l’UMP et du FN qui plébiscitent Borloo ! 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Haut

Hébergé par Overblog