.................... Blog d'un Corrézien Démocrate et Républicain ....................

dossier retraites

VERS UNE VRAIE REFORME DES RETRAITES ... LES RUSTINES C’EST FINI … L’Etat socialiste, les Syndicats de salariés, le Patronat Français ont aujourd’hui le dos au mur, reculade impossible, le pas en avant pour, soit le gouffre ou le pas responsabilisé, engagé sur la planche de salut vers une table vide et ses chaises avec les données et les bases : Rapports, projections, propositions et les VERITABLES chiffrages DE TOUS LES REGIMES de retraite de ce pays. La situation de l’emploi.

 

LES FRANÇAIS DOIVENT CONNAITRE TOUTE LA VERITE ?


Partir d’un constat :

1945 – Age légal de départ à la retraite : 65ans – Durée de cotisation : 30ans – Espérance de vie : 16ans – Taux de remplacement : 20% à 60ans et 40% à 65ans.

1971/1975 : Age légal de départ à la retraite : 65ans – Durée de cotisation : 37,5ans – Espérance de vie : 19ans – Taux de remplacement : 25% à 60ans et 50% à 65ans.

1982 – Age légal de départ à la retraite : 60ans – Durée de cotisation : 37,5ans – Espérance de vie : 20ans – Taux de remplacement : 20% à 60ans et 40% à 65ans.

2011 – Age légal de départ à la retraite : 60ans – Durée de cotisation : 40ans – Espérance de vie : 22,5ans –Taux de remplacement : 50% à 60ans et 65ans.

Projection 2018 – Age légal de départ à la retraite : 62ans – Durée de cotisation : 41ans – Espérance de vie : 24,2ans – Taux de remplacement : 50% à 62ans et 67ans.

 

Les DIFFERENTS régimes de retraite qui sont INEGALITAIRES, NON FONDES (Spéciaux, très spéciaux, privilèges, chapeaux …).

 

STOP aux pensions de retraite payées par l’EMPRUNT !

 

Pour moi c’est : UN SEUL REGIME GENERAL DE BASE DES RETRAITES qui doit voir le jour.

 

DECENT – EGALITAIRE vers  l’ EQUITE – LA SOLIDARITE – LA TRANSPARENCE. Basé sur la RESPONSABILITE de chacun. Il faut arrêter de se regardé le nombril, se cacher derrière une allumette et arrêter son égoïsme individuel.  Abandon de terme « avantages acquis », la pauvreté qui d’année en année touche de plus en plus les retraités, c’est de « l’avantage acquis » ça aussi ?

Tout est à reconstruire. Il ne s’agit pas d’aligner tel ou tel régime, coups de rabot  etc …  Les modes de calcul sont à redéfinir, les conditions de prise de la retraite aussi … Des pistes sont à approfondir, le système Suédois, le système par point (mais à parfaire), personnellement je suis pour un âge légal de départ à la retraite à 65ans au taux plein avec possibilité de partir à 60ans avec décote annuelle et l’inverse pour un départ après 65ans avec surcote annuelle. IINDISPENSABLE, départ à 60ans taux plein pour une carrière en pénibilité. Le système par répartition a ses limites il est à adapter, voir repenser.  

La dernière rustine posée en 2010 a fait perdre encore un plus de temps pour rien, alors que ce temps est compté car il faut beaucoup de ce temps pour élaborer cette réforme, sans compter que parallèlement c’est le sort des retraites complémentaires et des retraites supplémentaires qui sont également en jeu.

 

J’OSE ESPERER QUE CE DOSSIER DE LA REFORME DES RETRAITES SOIT CLASSE DANS LA CATEGORIE URGENCE (DES DEMAIN) ET PRIORITAIRE POUR LA FRANCE.

 

DU CONCRET, L’ENJEU : UNE VRAIE GESTION D’UN UNIQUE SYSTEME DE RETRAITE INTERGENERATIONNELLE VIABLE.

 

Voir les commentaires

Aujourd'hui ne parlons pas de réforme des retraites, qu'elle réforme !

 

Définition dico : REFORME : Changement important, remplacement de 

caractère profond, radical apporté à quelque chose.

 

Ce que l'on appelle aujourd'hui la réforme des retraite c'est un simple texte de Loi qui va en

substituer un autre pour à court terme faire rentrer quelque argent frais dans les caisse sans

règler pour autant l'avenir des retraites sur le fond pour nos générations à venir. Texte qui est

déjà caduque car dans deux ans en cas de victoire du PS retour en arrière de 62 à 60ans ! mais

dans quelles conditions ? L'éternel refrain : La droite démolie ce que la gauche a fait et vice-

versa. La France n'a pas besoin de ces escarmouches à répétition, stériles et qui plonge notre

pays dans un immobilisme dangereux.

 

Je partage pleinement la position de François BAYROU concernant le maintient du départ en

retraite sans décote à 65ans (amendement déposé à ce sujet), en effet le passage de 65

à 67ans est une mesure injuste qui pénaliserait celles et ceux qui ont eu des carrières "à trous"

et surtout les femmes. De plus cette mesure cache un coût ! Il est bien évident que le

relèvement de 65 à 67ans devant générer un tiers des économies attendue de la réforme, il n'est

pas question pour le Ministre du travail Eric WOERTH d'abandonner voir d'adoucir ce point.

Ce qui n'est pas dit, c'est que cette mesure représente des coûts supplémentaires au travers

 une note technique du Pôle Emploi, reprise dans un article des Echos, qui annonce une perte

sèche d'au moins 200 millions d'euro par an pour les caisses de l'assurance chomage en cas de

relèvement du départ sans décote de 65 à 67ans.

Les séniors déjà inscrits au chomage resteront 2ans de plus au chomage et pour ceux en activité

des postes d'emploi différés de 2 ans accessibles aux demandeurs d'emploi. 

C'est à dire : Creuser un trou pour en boucher un autre !

 

Arrêtons de faire croire aux Français, quand adoptant le texte actuel sur les retraites, imposé par

le Président de la République et le Gouvernement, cela permettrait de sauver le regime de retraite

par répartition et préserverait d'une baisse des pensions. Tenir de tels propos est faux. Le regime

des retraites par répartition est basé sur le paiement des retraites aux pensionnés par les actifs,

encore faut il qui est assez d'actifs et que tous les revenus cotisent.

Quand à la baisse des pensions elle est déjà effective lorsque l'augmentation du coût de la vie

est supérieur à la progression des pensions et programmée : Article du 06.09.2010 de Alternatives

Economiques "Même si le gouvernement se refuse officiellement à toucher aux pensions des

retraités, les réformes déjà votées au cours des dernières années aboutiront, dans les faits, à

réduire grandement ce qu'on appelle le « taux de remplacement » des retraites. Et le projet de loi

qui passe au Parlement à partir du 7 octobre risque fort d'aggraver ce phénomène."

 

Plus que jamais le système de retraite par répartition est en danger !

 

Nous nous acheminons vers un passage en force du texte à l'Assemblée Nationale avec peut être

un soubresaut au niveau du Sénat, alors que les Français d'aujourd'hui et pour les générations à

venir attendent une VERITABLE réforme nécessaire, en profondeur et dans la bonne direction,

juste, équitable, solidaire de toute la Nation. Un système qui n'est pas financé par l'impot mais

par des cotisations au titre de chacun, suivant ses revenus, et contrairement à aujourd'hui, sans

exception, ni régimes spéciaux voir très spéciaux. Cette réforme est dépendante d'une réforme 

fiscale et d'une véritable politique de reconquète l'emploi en général et surtout des jeunes et des

séniors qui sont aujourd'hui concernés. Cela passe aussi par la relance de la production nationale,

sans oublier de prendre en compte la pénibilité au travail à sa juste valeur.

 

J'ai constaté bon nombre d'absences sur les bancs des Parlementaires du parti présidentiel et de

ses alliés pendant les débats, pas interressés peut être, pas d'accord c'est possible ! alors qu'ils

le disent et oser la censure ! ou alors tout simplement des Parlementaires "godillots" qui seront

tous là pour le vote solonnel, le Roi veillant et gare aux absents.

 

Nous allons emprunter pour payer les pensions des retraités, endetter un peu plus les générations

à venir, auront ils eux un retraite ?

Pour tous ceux qui n'accepte pas cet état de fait, Démocrates, Républicains le dossier retraite

n'est pas clos, nous devons continuer le travail de fond en parallèle, prendre le temps pour

construire une vraie réforme, juste, équitable, sociale et équilibrée avec de nouvelles bases, vers

une autre direction, un autre système qui permettrait de conserver la répartition.

Nous devons être pret le moment venu. 

Voir les commentaires

J’étais présent dans le cortège parmi les nombreux manifestants (de 10 à 12.000 personnes), accompagné par Mireille PERROT,  ce jeudi 24 juin 2010 à 10h00, parti de la Place Thiers à Brive, CONTRE ce projet gouvernemental de réforme des retraites : INJUSTE – NON EQUITABLE et NON EQUILIBRE.

MANIF 2 24.06

Impossible de rester insensible et comment ne pas pousser un COUP DE GUEULE devant ce texte, inacceptable dans l’état, rédigé à la va-vite, voulu par le Président de la République, pendant le Mondial et la période de vacances d’été qui arrive. Projet soit disant finalisé à l’Elysée avant sa présentation qui ne règle rien sur le fond pour l’avenir et qui engage les générations futures vers le déclin. De simples rustines à poser sur les textes existants qui créé des inégalités entre Français concernant les cotisations-recettes, les pensions et sans tenir compte des conditions de travail durée et pénibilité. Aujourd’hui ont vous dit : « La porte est encore ouverte pour améliorer le projet ! » Une reconnaissance de la part du Chef de l’Etat, du Premier Ministre et de son Gouvernement que le projet n’est bon et que l’on peut encore coller des rustines sur les rustines ! Du grand n’importe quoi.

L’urgence c’est quoi ? Le déficit de la branche retraite ! Le court terme c’est faire rentrer des recettes : Nous connaissons ceux qui payent à qui l’ont veut demander encore plus par le biais du temps travail.  Par contre il y a ceux qui ne payent pas où peu et qui devraient s’acquitté par solidarité nationale, principalement les revenus des capitaux financiers, certains régimes spéciaux et très spéciaux très avantageux …  les exilés vers les paradis fiscaux … les banques … Les comptes équilibrés c’est possible.

Engageons nous simultanément, en prenant le temps qui sera nécessaire, pour réaliser une réforme JUSTE, EQUITABLE, EQUILIBRE et SANS INEGALITES.

Ce dossier des retraites ne doit pas être traité par période tous les quatre voir dix ans, c’est annuellement en permanence au regard de la conjoncture économique, sociale et démographique du moment, c’est à dire une veille permanente au présent avec ses corrections annuelles si nécessaire.

Pour le long terme : Le projet d’avenir pour les retraites serait peut être d'UNIFIER les systèmes actuels en crise : Privés, Publics, Indépendants, Artisans, Commerçants, Agriculteurs …

Le Conseil National du Mouvement Démocrate se réunira à l’Assemblée Nationale ce Samedi 26/06 pour définir la position du MoDem concernant la réforme des retraites. De nombreuses contributions, dont celle du Mouvement Démocrate de la Corrèze, ont été réceptionnées au Siège National du Mouvement pour alimenter le débat. A suivre …

 

Voir les commentaires

La vertu principale de toute société, et même de toute communauté, c’est la solidarité. La solidarité est une garantie contre les difficultés de la vie. Elle est en même temps un principe dynamique qui permet d’avancer, qui soutient les plus audacieux, puisqu’on sait que le succès des uns servira aussi aux autres. C’est pour cela que les inégalités, sociales ou culturelles, doivent être contenues et constamment réduites au travers du temps, et que cette réduction des inégalités est constitutive de tout projet humaniste. La solidarité entre générations et entre les groupes sociaux est un impératif sans oublier l’égalités entre les catégories hommes et femmes.

Cette solidarité collective et la responsabilité individuelle doit jouer pleinement dans le dossier des retraites et pour son financement : TOUS LES REVENUS doivent être soumis à la cotisation vieillesse quelque soient leurs origines et sans aucunes dérogations, c’est-à-dire : Elargissement de l’assiette des prélèvements sociaux, qu’ils soient salaires, dividendes, financiers, profits boursiers, bancaires, actionnaires, prélèvement sur les gains des jeux  … Le bouclier fiscal doit être supprimé, la taxation des stock-options, des niches fiscales et des sorties de capitaux vers les paradis fiscaux avec une réversion des gains dans le système des retraites. Les banques doivent  être mise à contribution, n’ont-elles pas une part de responsabilité dans  l’origine de la crise financière, économique et sociale. La France doit S'INTERDIRE de créer et d’entretenir du favoritisme, du clientélisme, des privilèges débouchant vers de l’injustice sociale. Abolir les régimes très spéciaux. Voila pour le court terme.

Pour le long terme, tous les Gouvernements successifs n’ont pas cru bon se saisir du dossier retraite pour une réforme en profondeur et encore moins celui d’aujourd’hui, qui sous les ordres du Chef (le Président de la République) avec des chiffres et des scénarios alarmistes, veut sous quelques mois, dans la précipitation, trouver la solution à la situation en collant une nouvelle rustine anti-sociale sur ce dossier retraite ne réglant rien et qui reportera le problème dans le temps. Face à une société inquiète des conséquences de la crise, on s'apprête à jeter de l'huile sur le feu en ajoutant encore de l'affrontement à la crise.

Une refonte en profondeur est nécessaire, une remise à plat DE TOUS LES SYSTEMES de retraites (privé, public, commerçants, artisans, professions libérales, agricole, élus et parlementaires, hauts fonctionnaires …. Il faut engager un processus politique de transformation sociale profonde pour envisager autrement la répartition des revenus. Il faut se donner les moyens de piloter à long terme le système de retraite, c'est-à-dire de disposer de mécanismes automatiques correcteurs des déséquilibres avec un suivi permanent et de satisfaire simultanément des objectifs d'équité.

Je pense que la retraite actuelle par système de répartition A LUI SEUL n’est pas adapté, un système mixte par points et notionnel pourrait compléter le dispositif, mais attention, la réussite dépend du choix DE TOUS LES PARAMETRES pour sa gestion : Emploi (compte tenu des inégalités de revenu qui se sont creusées, de statut et des salaires, ceux entre hommes et femmes dans l'emploi.), conditions de travail, pénibilité, chômage de masse, vieillissement de la population, régime de croissance molle, correctifs économiques, espérance de vie à l'âge de départ à la retraite, conjoncture de fécondité, évolution démographique ……

Nous avons déjà perdu beaucoup de temps (dizaine d’années) en immobilisme, il est URGENT d’aborder ce dossier avec une ferme volonté politique d’aboutir, prendre le temps nécessaire il y va de l’avenir des générations de notre Pays et des forces vives de la Nation. L’élaboration, la mise en place, la transition peu prendre beaucoup de temps, mais DEVANT LE GOUFFRE QUI EST JUSTE DEVANT NOUS ! ayons le réflexe Citoyen responsable, solidaire et humain. Au delà des clivages,des mesures tabou, tout le monde sur le pont pour éviter le naufrage du dossier retraite.

A lire également l'article de Robert ROCHEFORT Vice-Président du MODEM, Député Européen.

Voir les commentaires

Hébergé par Overblog