.................... Blog d'un Corrézien Démocrate et Républicain ....................

Ce qui devait arriver est arrivé, ça y est nous y sommes, (Précédent article) après une période de privatisation, vous aurez compris que l’on ne parle plus de service public avec des personnes, ni de service de proximité, mais bien de chiffres avec des clients plus ou moins « rentables », sachant que la [...]


Lire la suite

Voir les commentaires

En Corrèze, qui n'est semble t'il pas un cas de département isolé, concernant la réforme territoriale (Loi du 16 Décembre 2010), phase de la refonte du territoire intercommunal, il ne se passe pas un instant ou ...

 

Lire la suite : Cliquez ICI

 

 

Voir les commentaires

eurofin.jpg

 

Traiter au coup par coup, c'est se condamner à des crises à répétition ! ! !

 

Dossier spécial : Propositions Cliquez ICI

Voir les commentaires

Au nom de la liberté de circulation la gratuité des routes est érigée en principe en France, gratuité relative puisque financée par nos impôts ! Pour mémoire : Un péage (sur route comme sur autoroute) ne peut être instauré qu’à la condition qu’une alternative au trajet payant soit proposée.    

Souvenez vous, l’Etat par décision de son ex-Premier Ministre Dominique de Villepin, de privatiser les autoroutes, s’est privé des recettes pour continuer d’améliorer le réseau national.

Les Routes Nationales de France vont  elles devenir payantes les unes après les autres ?

Au prétexte de la sécurité et de l’aménagement du territoire, de plus en plus d’axes régionaux, jusque là gratuits, pourraient être mis en concession. «Vous voulez plus de sécurité ? Mettez vos routes en concession !»

Après la déclaration à l’Assemblée Nationale de Nathalie Kosciusko-Morizet la Ministre des Transports (mais aussi du Développement durable) : «De plus en plus d’élus me demandent des mises en concession sur des itinéraires qui n’ont pas de trajet alternatif». Ajoutant : «Nous avons de plus en plus de routes symboliques sur lesquelles sont discutées des mises en concession.» Dans son entourage, on réfute tout revirement : «L’Etat [financeur majoritaire des routes nationales, ndlr] n’a pas changé de doctrine.» Mais, poursuit-on, «quand l’enveloppe financière est contrainte, la mise en concession s’impose comme la seule solution». 

Forte de cet élan d’élus locaux pressés de voir démarrer des travaux de mises à 2 X 2 voies de leurs axes majeurs (Elections obligent), le 24 juin dernier, le Gouvernement par la voix de N.K.M. a autorisé la concession de la RCEA (Route Centre-Europe-Atlantique) sur 180 Kilomètres et la création de 6 péages sur l'axe reliant la façade atlantique à Genève. 
Et ce n'est qu'un début car il est fort probable que la RN21, qui relie Tarbes à Limoges (385 kilomètres), subisse le même sort, alors que "Les aménagements financés par l’Etat et les collectivités territoriales dans le cadre du contrat de plan Etat/Région (CPER 2000-2006) représentent un montant de 103,64 M€ sur l’ensemble de l’itinéraire en Aquitaine". Faire payer deux fois le contribuable, quelle aubaine !!! Ca excite les appétits, Vinci, Eiffage et Colas sont dans les starting-blocks... Et on les comprend ! Récolter des bénéfices pour un bien qu'ils n'auront pas financé, C’est aussi Cofiroute pour la Bretagne, mais là à mon avis c’est loin d’être gagné. 

Vu par les utilisateurs, Avec un  pouvoir d’achat qui sombre de mois en mois, le prix des carburants qui ne cesse de monter et c’est pas fini, les autoroutes trop chères, s’il faut maintenant payer pour les nationales et bien nous prendrons les départementales … Pour les professionnels de la route ça sera des frais à répercuter sur les prix de ventes ou de services …

Pour tous ceux, véhicules particuliers, poids lourds, motos … qui ne peuvent pas ou ne veulent pas payer et bien rendez-vous sur le réseau secondaire et nous verrons bien si le nombre d’accidents et de morts sur les routes s’orientera vers une baisse. Une hausse certaine par contre : Les pv des radars et cette chère tva.

L’Allemagne qui est souvent citée, les autoroutes sont gratuites et la majorité des automobilistes les utilisent (Gratuites et sures), la sécurité y a tout à gagner ! … A méditer

Après la réduction des moyens de santé, des moyens d'éducation, de formation et de justice, des droits sociaux et d'emploi, contrôle des médias, la tentative de censure de l’Internet, aujourd’hui c’est le moyen de circulation, le but de Nicolas Sarkozy est-il de faire revenir la France comme au Moyen Age avec octroie à ses seigneurs le droit de lever l'impôt sur les chemins et entrées de villes, au détriment de la liberté de circuler du peuple !!! A cette époque le peuple ne circulait que dans un périmètre de 5 à 10 kms autour de son domicile et n'avait aucun droit. 

Il est grand temps que ce règne du fric roi finisse …

Voir les commentaires

Je suis pour la sortie progressive du nucléaire avec un mix énergétique en production décentralisée. 

L'avantage des énergies renouvelables est qu'elles ont un potentiel de développement local. La production de proximité permet de réduire les coûts, à la fois économiques et environnementaux et de favoriser la combinaison des différents modes de production. Elle promeut aussi un nouveau modèle économique dans lequel les PME ont toute leur place. Evidemment cette politique doit être couplée à l'aménagement du territoire, il ne s'agit pas de mettre ces productions n'importe où mais de rétablir une production de proximité concertée et durable. 

Le développement de ce mix énergétique et la réorganisation de la production décentralisable sont aussi bénéfiques en termes d'emplois non-délocalisables. Si les énergies renouvelables créent et vont créer des emplois, elles permettront aussi, et surtout, d'en maintenir au niveau local. D'ailleurs, que l'on se rassure : il y aura aussi du travail pour des années dans le nucléaire, même dans le cas d'un scénario de sortie de cette technologie. Le gouvernement, qui avance régulièrement l'argument des dizaines de milliers d'emplois que représente le nucléaire (de 40000 à plus de 120 000 emplois en comptant les emplois indirects), devrait se pencher sur le nombre d'emplois que nécessiteraient le démantèlement, la surveillance des réacteurs et la gestion des déchets radioactifs. 

Le décret publié jeudi 28 juillet, annonçant la décision de reprendre l'entreprise de démantèlement de la centrale de Brennilis, à l'arrêt depuis 1985, nous engage pour des années de travaux et de gestion des déchets puisqu'on estime qu'environ 100 000 tonnes de déchets seront engendrés au total par la déconstruction de la centrale. Le chômage technique n'est donc définitivement pas à l'ordre du jour !

Note perso : Concernant la production des unités éoliennes, la fabrication peut être créatrice d'entreprises nationales avec des emplois, sans pour cela aller chercher Airbus Industrie !

Je vous invite à lire l’intégralité de cet article écrit par Jean-Luc Bennahmias, Député européen, membre du Shadow cabinet du Mouvement DEMocrate. 

L’avenir des générations à venir est entre nos mains … ne soyons pas égoïstes et pensons à eux.

Dans un prochain article, l’avenir énergétique c’est aussi pour notre mobilité, l’après pétrole …

Voir les commentaires

.................... Blog d'un Corrézien Démocrate et Républicain ....................

Ancien élu CONSEILLER MUNICIPAL délégué : Urbanisme - Circulation - Transport en commun. Commune de Grasse 06 Mandat électif : 1977-1983 Ancien membre d'un syndicat intercommunal de transport urbain Grasse-Antibes S.T.G.A. Ancien trésorier d'une association.

Hébergé par Overblog